Changement de nom

Publié le par Andrev

Lu sur le Forum Noblesse-Bretonne
 
"La pratique du changement de nom est un fait avéré dans la noblesse de l'Ancien Régime. Il y a une documentation très explicite sur ce sujet. Je vous indique quelques références :
 
- Le traité des offices et des seigneuries, de Charles Loyseau, paru en 1610
Voir notamment à la page 137 de l'édition ci-dessous
 
- Le traité de l'origine des noms et surnoms, de Gilles André de la Roque, publié en 1681
Voir notamment le chapitre 25
 
- Le chapitre I,46 des Essais de Montaigne, paru en 1572
 
- Le nom, droit et histoire, par Anne Lefèbvre-Teillard, 1990
Un chapitre sur "la tentative de contrôle des changements de nom" (pages 96-110)
 
- "Noms patronymiques et noms de terre dans la noblesse française (18e-20e siècles)", par Tiphaine Barthelémy, dans Le patronyme, Histoire, anthropologie, société (2001)
 
Cette dernière auteure rappelle ainsi que "la plupart des acquéreurs de fiefs, sous l'Ancien Régime, prendront le nom de la terre acquise, en dépit des ordonnances de 1555 et de 1629, qui tentent d'interdire, ou, tout au moins, de soumettre à autorisation le changement des noms de famille, mais qui, de l'avis de tous les juristes, restent lettre morte (Levebvre-Teillard, 1990, 96). C'est ainsi que la famille noble du Bahuno, qui a vu son manoir détruit lors des troubles de la Ligue, abandonne son nom de La Demi-Ville pour prendre celui de la terre de Kerolain qu'elle achète au 18e siècle" (p. 67).
 
L'artice 9 de l'ordonnance d'Amboise de 1555 précisait que "pour éviter à la supposition des noms et armes, deffenses sont faictes à toutes personnes de ne changer leurs noms et armes sans avoir nos lettres de dispense et permission, sur peine d'estre pugnis comme faulsaires et d'estre exauthorez de tout degré et privilège de noblesse".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article